+33 (0)6 75 57 01 18

Le sport préféré des Touvains est également le plus ancien, la lutte khurech. Celle-ci avec le khöömei , est un vrai phénomène en Touva. Ce sport a été enrichit par les siècles de légende d’invincibles héros herculéens. Le Khurech est la plus intéressante des distractions pour les hommes.

Khurew FightLes scientifiques sont divisés quant à l’étymologie du mot Khurech. Certains pensent que ce mot vient de la Mongolie voisine, bien que cette thèse soit réfutée par les Mongoles eux même. Il existe également une version selon laquelle ce mot viendrait du mot Touvain « KHUR », la force. D’autres spécialistes développent la thèse selon laquelle ce mot viendrait d’une expression Bachkire signifiant « la ceinture de l’autre ». De quelle langue nous vient ce mot ? Quel est sa traduction littérale ? Ces questions sont aujourd’hui encore ouvertes.

Avec les années, le Khurech est devenu le sport préféré des Touvain. A chaque manifestation nationale, il est la principale compétition sportive, à égalité avec les courses de chevaux et le tir a l’arc.

Le Khurech se pratique à l’air libre et selon des règles précises, dont la transgression entraine l’élimination, comme pour la plupart des autres sports. Les tournois sont basé sur un système de poule qui s’affronte jusqu’à l’élimination et la victoire d’un seul combattant. Le vainqueur de la finale est le vainqueur absolu.

En Touva, des nominations officielles ont été introduite en rapport avec le KHURECH. Le titre de « Koutchouten Mogue », « accompli », est attribué à celui qui a gagné cinq fois le titre de vainqueur absolu lors de la fête des éleveurs de Touva, le Naadym , mais seulement à la condition qu’au moins 128 combattants aient participés à chaque rencontre. Le titre de ‘Tchaan Mogue », « éléphant », est habituellement donné pour trois victoires, mais également pour deux victoires si le combattant a déjà été deux fois vice-champion dans un championnat absolu. Celui de ‘Arzilan Mogue’ , « loup », récompense le sportif qui est arrivé premier dans un championnat ou si il a été deuxième dans trois d’entre eux. Enfin, le ‘Natchin Mogue’ , « faucon », sera attribué au sportif qui aura été classé une fois entre 2eme et 4eme ou 2 fois entre 5eme et 8eme sur 128 participants lors d’un concourt à l’occasion du Naadym. Ces récompenses sont attribuées par décret par le chef de Touva, on prépare alors des insignes qui se portent en médaille et des attestations.

La tenue des combattants est appelée « Chodak-Chudak » , elle est composée d’une culotte légère avec un fin liseré de cuir tendre et d’une ‘chemise’ qui ne comporte que des manches qui sont maintenues par une fine bande qui passe par le dos. Les pieds sont habillés d’une paire des chaussures traditionnelle légères.

La cérémonie d’ouverture de la compétition est emprunte d’une longue tradition avec sa dance séculaire, le ‘ Devig’  ou ‘Ezir samy’  « La dance de l’aigle ». Le ‘Devig’ est une démonstration d’amour et de respect pour la terre natale, pour le peuple et veut également montrer que les combattants son prêt au combat. Elle symbolise l’habileté et la force. Chaque combattant l’exécute comme il l’entend, en montrant ses talents particuliers, la beauté de ses gestes des bras et des jambes tout en faisant ressortir ses avantages physiques. Dans son « Devig » le combattant doit exécuter une dance légère, tout en improvisant les mouvements d’un aigle. Cette dance provoque toujours une forte impression sur les spectateurs.

La plus importante de compétitions de Khurech est organisée lors de la fête nationale des laboureurs, le « Naadym » . Le vainqueur remporte une voiture et les autres remportent divers prix, le plus souvent des sommes d’argent.

Il se dit parmi les Touvains que le Khurech permet de cultiver l’ambition, la volonté, le courage, la discipline grâce à des entrainements réguliers, mais également la capacité à accepter et respecter la victoire de son concurrent et l’indulgence envers un combattant plus faible.

Parmi les plus connu des combattants de Khurech, on peut mentionner Aias MONGOUCH, Maadyr MONGOUCH , Naychyn MONGOUCH, Aï-Demir MONGOUCH, Opanas SEMIS-OOL , Andreï KHERTEK  et d’autres.

Si vous avez le bonheur de passer en Touva un jour de fête nationale, ne laissez pas passer la chance d’observer et d’apprécier la façon qu’on les Touvain de se retrouver et de se divertir lors des tournois, leur sensibilité et leur tendresse pour leur fêtes nationales, en assistant, rien qu’une fois, au Khurech !